Ceux qui reviennent

Theo Ananissoh Le retour au pays natal est un thème récurrent voire obsessionnel dans la littérature noire. Cette reconnexion avec le pays d'origine, c'est une problématique qui concerne toute l'innombrable diaspora africaine. Les deux romans que je vais vous présenter abordent cette réalité de manière si constrastée et si innovante qu'après les avoir lus on ressentira la complexité et la poésie du bercail africain retrouvé. Americanah de Chimamanda Ngozi Adichie (2013) et Delikatessen de Theo Ananissoh (2017) nous défrichent ce terrain connu chacun à leur manière. D'abord parce que les deux…

Lire la suite

Mission terminée : cahier d’un (non) retour au pays natal

Comment concilier les différentes identités que la culture, ancestrale ou coloniale, a implantées en nous? Comment lire le paradigme de nos sociétés quand on a longtemps porté les lunettes d’un Autre? Jusqu’où est-on soi, à partir d’où devient-on l’Autre ? Quelle est la juste mesure entre nos obligations communautaires et cette soif de découverte et de paix individuelle qui sommeille en chacun de nous ? A ces questions graves, Mongo Beti répond avec humour et ironie dans Mission Terminée. Les romans de Mongo Beti sont, avant tout, des bijoux d’érudition ; celui-ci ne fait pas exception.…

Lire la suite

Le pauvre Christ de Bomba : les dernières heures d’une utopie impérialiste ?

C’est au chevet de la mission colonisatrice que nous convie Mongo Beti dans ce grand classique de la littérature. Pour confesser le mourant, le Révérend Père Supérieur Drumont, brave prêtre en quête de brebis égarées à guider. Témoin malgré lui du semi-échec de l’évangélisation de l’Afrique, puis défenseur des villages que couvre sa paroisse contre les excès de l’administration coloniale, le révérend est le héros de ce récit haut en couleurs, drôle et grave à la fois, fidèle à la patte de Mongo Beti. Mongo Beti et la nécessité d’être un écrivain gênant Dans une interview, Mongo Beti dénonce…

Lire la suite

Main basse sur le Cameroun : autopsie d’une Hydre coloniale

Paru en 1972, Main basse sur le Cameroun fut censuré, puis autorisé en 1976. On peut imaginer l’embarras de Ferdinand Oyono, alors représentant du gouvernement camerounais en France, auteur du Vieux nègre et la médaille (1956), lorsqu’il se retrouva dans les rouages de la mécanique qui censura l’ouvrage de son compatriote. Car c’est cette mécanique, précisément, que Mongo Beti décrit ici, démontrant que la décolonisation n’était en fait qu’une métamorphose de l’autorité française. Telle l’hydre de Lerne : en croyant couper la tête de la colonisation, on en a fait repousser deux, celle du…

Lire la suite

Trop de soleil tue l’amour

    Un roman de Mongo Beti paru en France le 20 janvier1999 aux éditions Julliard   Les histoires d’amour finissent mal en général, dit l’adage. Pour Zamakwé, journaliste féru de jazz et de whisky, elles finissent en catastrophe, emportant sur leur passage tout ce que peut rêver un homme de stabilité et d’harmonie. C’est à une bonne partie de rigolade sur fond d’Afrique postcoloniale que se livre Mongo Beti dans cet ouvrage, prenant un malin plaisir à mettre en scène des intellectuels au potentiel frustré, et à les torturer dans un enchaînement d’évènements cocasses et pathétiques. Ce…

Lire la suite

Remember Ruben

REMEMBER RUBEN, Union générale d’éditions, 1974 Pour qui a lu l’œuvre de Mongo Beti, Remember Ruben fait écho à main Basse sur le Cameroun, ce carnet secret de la décolonisation du Cameroun, pour lequel l’auteur a payé très cher son audace. Dans ce rêve éveillé où se mêlent l’Histoire, la tradition et une pointe de fantastique, il est question de colonisation européenne et des travaux forcés, d’une remise en question de la sincérité de l’hospitalité africaine, de l’industrialisation du labour géant que représentait l’Afrique pour les puissances coloniales (dont l’engrais était la main…

Lire la suite

Choc au pays des lions endormis !

La Rivière de Vie, Ngugi Wa Thiong’o, Paris, Présence Africaine, 1988. Le Kenyan Ngugi Wa Thiong’o dépeint les transformations et les contradictions des sociétés africaines en pleine mutation. La rencontre entre cultures-croyances que plusieurs éléments opposent a installé un climat délétère au pays des lions endormis. En effet, depuis l’arrivée de la “nouvelle foi” à Siriana, deux blocs s’affrontent: les nouveaux chrétiens et les adeptes de la tradition. Waiyaki, le jeune héros du livre, apprécie autant la force et la sagesse de ses aïeux que le nouvel enseignement des missionnaires…

Lire la suite

Le terroriste noir

Le terroriste noir, Tierno Monénembo, Paris, Seuil, 2012. L’auteur tire du néant un fragment particulier de l’Histoire qui lie les Français aux Africains. Il réclame subtilement la reconnaissance des « tirailleurs Sénégalais » méconnus, qui ont sacrifié leur vie pour la libération de la France sous l’occupation nazie, pendant la Seconde guerre mondiale. « Le terroriste noir » raconte l’histoire d’Addi Bâ, un « tirailleur Sénégalais » fait prisonnier après la bataille sur la Meuse, mais qui réussit à s’évader et se refugie dans les Vosges. Ce roman est écrit comme un long monologue de…

Lire la suite

« Le colonialisme n’était pas un humanisme ! » : par Nkul Beti

Discours sur le colonialisme, Aimé Césaire, Paris, Présence Africaine, 1955 La rigueur est le manteau que revêt Aimé Césaire pour exposer ses griefs contre le colonialisme. Longtemps présentée comme une forme d’humanisme par les Occidentaux, cette doctrine s’est révélée en réalité comme un instrument de chosification à double face, qui déshumanise autant le colonisé que le colonisateur. En effet « le colonisateur qui, pour se donner bonne conscience, s’habitue à voir dans l’autre la bête, s’entraîne à le traiter en bête, tend objectivement à se transformer lui-même en bête », n’hésite pas à…

Lire la suite

CAMILLA WILSON : ROSA PARKS. DE L’ARRIERE D’UN BUS AU DEVANT DE LA SCENE par MVESSO NGANTI

(version française, Éditions Nouveaux Horizons, 2006) ROSA PAR CAMILLA Initialement publié en 2001 chez Scholastics Inc à New-York, USA, avec pour titre original : « From the Back of the Bus to the Front of a Movement » Cette biographie de l’icône Afro-américaine, traduite en français par Marie-France Pavillet et rééditée aux Éditions Nouveaux Horizons en 2006, est une véritable ballade au cœur du combat d’une femme atypique. Née dans l’État de l’Alabama en 1913, Rosa McCauley de son nom de jeune fille a suivi un parcours digne d’une épopée à la spart. Enfance difficile, scolarité en dents…

Lire la suite

Le soleil sans se brûler

(Editions Elyzad 2015) Il s’agit du 5ème roman publié de l’écrivain Théo Ananissoh. Il y a d’abord eu Lisahohé (2005), Un reptile par habitant (2007), Ténèbres à midi (2010) et L’invitation (2013).  Je découvre donc cet auteur par sa dernière publication. De manière générale cela ne pose pas de problème. Mais ici, nous avons affaire à un texte d’une richesse inouïe, mais qui suppose quelques prérequis. Un peu comme lorsque vous empruntez de l’argent à votre banquier pour acheter une maison, il vous faut au préalable des fonds propres. Difficile donc de saisir la quintessence de ce roman si on…

Lire la suite

« Ma foi d’Africain » : Et si Dieu s’africanisait ?

Jean-Marc Ela a séjourné dans la zone septentrionale du Cameroun aux côtés de son confrère Baba Simon. Ce séjour lui a permis d’expérimenter sa «  pastorale du grenier » dans les zones enclavées. Il a donc été témoin de la misère affligeante, de l’analphabétisme chronique et des frustrations traumatisantes auxquelles (les gens de la montagne) font face quotidiennement. Ela démontre l’ambivalence entre le christianisme canonique et les réalités quotidiennes dans l’arrière-pays. Et partant, dans les sociétés africaines en général. « Ma foi d’Africain » a été publié en 1985 et réédité en 2009…

Lire la suite

« Une saison au Congo » ou le destin fatal d’un météore !

«  Une saison au Congo » a paru aux éditions du seuil en 1966. Aimé Césaire est l’auteur de cette pièce de théâtre, dont le nœud gordien est l’assassinat orchestré de Patrice Lumumba. La trame de cette pièce s’étale sur trois actes, repartis séquentiellement en scènes. « Si j’étais veilleur de nuit, et que l’on me demandât où en est l’heure, je répondrais que deux mois après son indépendance, nous sommes à l’heure où le Congo est une chèvre entre les dents du fauve !(…) Si je m’agrippe et si je m’arc-boute, c’est pour arracher le Congo à la dent et au croc!». C’est un Lumumba ambitieux et…

Lire la suite

« La France et ses tirailleurs » : les héros oubliés !

Charles Onana est l’auteur de cet ouvrage publié, en 2003, aux éditions Duboiris. La trame de l’enquête de ce journaliste d’investigation, est de rétablir l’histoire. 10 Mai 1940.La « wehrmacht » (armée de l’Allemagne nazie) attaque la France et «  déclenche une offensive militaire de grande envergure sur tout le territoire national ». L’ambition des troupes hitlériennes, est de soumettre toute l’Europe et de construire la grande Allemagne. Dans l’incapacité de tenir tête aux allemands, les vichystes entreprennent de capituler. En revanche, les gaullistes sont optimistes. Ils entendent…

Lire la suite

« Cahier nomade » ou hymne à Djibouti ! 

Abdourahman Ali Waberi est l’auteur de ce recueil de nouvelles. « Cahier nomade » a été publié en 1996, et réédité par les éditions serpent à plumes en octobre 2002. Il est le deuxième recueil d’une trilogie sur Djibouti, après «  pays sans ombre » et avant   « Balbala ». « Traces » et « Trames » sont les deux parties qui constituent cette œuvre composée de treize nouvelles. La plume déambule rageusement dans les entrailles de sa « mère-nation ».Mais elle n’oublie point sa mission régalienne c’est-à-dire, déterrer la mémoire historique et culturelle que la colonisation avait enterrée. De…

Lire la suite

« A quand l’Afrique ? Entretien avec René Holstein» : Réflexion sur la somnolence d’un continent « riche » !

« A quand l’Afrique ? Entretien avec René Holstein » a été publié pour la première fois en 2003 et coédité par les éditions de l’Atelier, Eburnie, d’en bas, presses universitaires d’Afrique. La liste n’est en rien exhaustive. L’auteur Joseph Ki-Zerbo a remporté le prix RFI- Témoin du monde en 2003 pour ce livre. Le développement de l’Afrique, l’exhumation de l’histoire africaine et la réinterprétation de l’histoire du monde à partir d’une perspective africaine, sont la pierre d’achoppement des thématiques développées dans cet entretien. Ki-zerbo aborde différents sujets. Il les traite avec…

Lire la suite

PERPETUE OU L’HABITUDE DU MALHEUR de Mongo Beti par: MVESSO NGANTI

ENCORE MONGO BETI ! Encore Mongo Beti !s’est – on sans doute interloqué en 1974, date de la publication de Perpétue ou l’habitude du malheur chez Buchet/Chastel. L’écrivain Camerounais dont la plume était incisive, acerbe, révolutionnaire avait déjà fait beaucoup parler de lui à travers bon nombre de ses romans : (Ville cruelle 1954) ;(pauvre Christ de Bomba 1956) et son essai ; (Main basse sur le Cameroun 1972). Fidèle à l’écriture engagée, le Camerounais présente une fois de plus au grand jour les affres de la société Postcoloniale et surtout néocolonialiste. Dans son chef d’œuvre…

Lire la suite

NKUL BETI « L’étrangère et douze autres nouvelles » Quelles belles voix!

   L’étrangère  - celle d’Anne-Marie Niane, pas les autres – et douze autres nouvelles est paru chez Hatier pour la première fois en 1985. Cet ouvrage a été réédité numériquement le 23 octobre 2015 par FeniXX (Hatier). C’est un recueil de treize nouvelles primées dans le cadre du neuvième concours radiophonique de la meilleure nouvelle de langue française. Les nouvelles ont été écrites par treize auteurs de nationalités différentes. « A mon arrivée à Dakar, je nourrissais l’espoir de retourner au Vietnam. Cette idée m’a quittée ». La voix de la vieille étrangère est teintée du mal du…

Lire la suite

NKUL BETI: « Bedi-Ngula, l’ancien maquisard » : jeté dans le monde !

  René Philombe est l’auteur de ce roman publié à titre posthume, en 2002, par les presses de Bayreuth African Studies. Tout se passe au Cameroun. Le « tcha-tcha » des indépendances vient d’être chanté. Adieu maquis, bienvenue la réconciliation nationale. Les ennemis d’hier sont tes amis d’aujourd’hui et peut-être tes complices de demain. C’est dans cette ambiance, où plane l’ambigüité, que le « subversif » Bedi-Ngula est jeté dès sa sortie de « Konde-ngui » : «  un petit coin de terre empuanti  par l’odeur du sang et de la misère, où la bêtise humaine est poussée à l’extrême limite…

Lire la suite

Ville cruelle ou le choix entre la peste et le choléra

« Ville cruelle » est le premier roman d’Alexandre Biyidi Awala, dit Mongo Beti. Il l’a écrit sous le pseudonyme d’Eza Boto. Publiée en 1954 par Présence africaine, cette œuvre pose des jalons. Ceux de la réflexion de Mongo Béti sur les causes du drame d’une Afrique déjà exsangue pendant la colonisation. Les personnages principaux, Banda, Odilia et Koumé évoluent dans une ville coloniale africaine des années 1930. Ou plutôt dans deux versants de ladite: le Tanga « étranger » celui de l’administration et des Blancs et le Tanga « indigène » celui des noirs et des bas fonds. « deux…

Lire la suite

Triangle amoureux

« L’anté-peuple » est le premier roman de Sony Labou Tansi - de son vrai nom Marcel Ntsoni – romancier, poète et dramaturge congolais né en 1947 et décédé en 1995. L’ouvrage original a été écrit en 1976, mais n’est paru qu’en 1983 aux éditions Le Seuil. Il a été réédité en format poche aux éditions Points Seuil en 2010. Plusieurs – dont l’auteur certainement - ont vu dans cette œuvre, une fresque de la réalité politique et sociale des Congo des deux rives après les indépendances. Il est vrai que pauvreté, népotisme, corruption, injustice, massacres et autres révoltes y sont décrits…

Lire la suite

Tous Nos Noms… et peu d’émotions

Par Flore Agnès Nda Zoa Tous nos noms est le troisième roman de l’Américain d’origine éthiopienne Dinaw Mengestu. C’est, à en croire les avis compétents de la presse autorisée (The New  York Times, The Financial Times et The Washington  Post notamment, et leurs confrères français et allemands) un véritable chef-d’œuvre. Comment font-ils pour dire avec autant de chaleur cette écriture froide qui dépeint une passion tiède ? Tous nos noms, c’est le déroulé de deux trames narratives qui s’entrelacent tout au long du roman, en créant l'ambiance familière de deux parmi les lieux les…

Lire la suite

Dialogue avec des sourds

« Mongo Béti parle » dont le sous-titre est « testament d’un esprit rebelle » est un texte d’Ambroise Kom, né d’entretiens entre ce dernier et Mongo Béti en juillet 98 et juillet 99. L’ouvrage original est paru en 2002 au Bayreuth African Studies Series et a été réédité en 2006 aux éditions Homnisphères. Ce sont 295 pages de réflexions sans tabou – ce n’est pas le genre de la maison - de l’intellectuel hors normes qu’était Alexandre Biyidi sur des thèmes aussi variés que l’économie, la politique, la culture ou l’histoire de l’Afrique en  général et du Cameroun en particulier. Dans ce…

Lire la suite

Le portrait « presque cocasse » d’une Afrique qui luttait…

BETI, Mongo. Remember Ruben: 1. Union générale d'éditions, 1974.​ Par Flore Agnès Nda Zoa Jacques Salomé dit qu’ « un livre a toujours deux auteurs : celui qui l’écrit et celui qui le lit ». Me voici donc auteur d'une lecture de Remember Ruben, mille fois cité, mais si peu souvent redécouvert. Vous trouviez Les Vampires du Godstank de Hubert Mono Ndjana, une métaphore filée au vitriol, peut-être devriez-vous redecouvrir le père de l'engagement littéraire au Cameroun, Mongo Beti. Il est amer... Ceci n'est-il qu'un roman ? Un roman brillant ? Ou bien est-ce aussi un peu de nous et de…

Lire la suite

Les aubes écarlates de Miano, un pur régal

Paru en 2009 aux éditions Plon, le roman « les Aubes écarlates » est le deuxième volet de la trilogie Suite africaine de Léonora Miano. Il constitue la charpente même d’une série qui plonge le lecteur au cœur des douleurs de l’Afrique subsaharienne et appelle à la réconciliation de toutes les entités noires du monde. J'ai lu... Au Mboasu, le Président Mawusé s’éternise au sommet d’un Etat affamé et divisé. Alors que le Sud croupit dans la misère, le Nord, siège de la capitale, bouillonne de vie et concentre toutes les infrastructures. La rébellion des Forces Nouvelles, venue du Yenépasi…

Lire la suite